#25 JK Rowling, «Ickabog»

{English version below}

Note : 5 sur 5.

Bienvenue en Cornucopia, pays où se terre un infâme monstre que l’on nomme Ickabog. A ce seul nom, les habitants frémissent de peur. Etes-vous prêt à partir à la chasse à ce monstre ?

« L’Ickabog » est le dernier livre de JK Rowling. Il a été publié sur son site internet durant le premier confinement dû au covid-19. J’avais aimé en lire les premières pages à l’époque. C’est donc tout naturellement que je l’ai acheté à sa sortie.

Nous nous retrouvons dans l’univers imaginaire de la Cornucopia qui est dirigée par Fred, un roi immature et irresponsable. Celui-ci part un jour dans les marécages pour découvrir l’Ickabog. Selon les dires de son bras droit, le monstre attaque le monarque et assassine  le chef de l’armée. Suite à cela, une campagne de protection contre le monstre suivi d’une propagande seront faites en masse. Cependant, certains ne sont pas dupes et disparaitront comme par magie.

Bien que j’avais aimé les premières pages, une appréhension existait encore en moi, je n’aime pas spécialement les écrits plus « mature » de l’autrice. J’ai été agréablement surprise de retrouver cette plume adaptée à la jeunesse. Le livre peut également être lu par des adultes. Il est fluide et les courts chapitres permettent de le lire comme une histoire avant de s’endormir. Si je ne peux vous donner qu’un seul conseil aujourd’hui, ça serait celui-là.

Avec « L’Ickabog », j’ai retrouvé mon âme d’enfant. Ecrit comme un conte, il nous transporte dans un pays féérique où règne malheureusement corruptions et fausses informations. Sous regard d’une fable pour enfant, on peut y voir un conte philosophique mettant en garde contre la manipulation de masse, et le stigmatisme que l’on porte sur les personnes qui se démarquent de la société ou des ethnies différentes. La chasse à l’Ickabog n’est pas sans rappeler la chasse aux sorcières.

Les personnages sont attachants si l’on exclut Crachinay et Flapoon bien sûr. J’ai d’ailleurs une préférence pour madame Beamish qui, je trouve est un personnage d’une intelligence remarquable. De plus, j’avais l’eau à la bouche lorsque j’imaginais les délicieux desserts qu’elle confectionnait. L’Ickabog est également un personnage très touchant dans son rapport tant aux humains qu’à son espèce.

Laissez-vous emporter par votre âme d’enfant tout en gardant votre esprit critique. Prenez une bonne bonne tisane (tips : ma préférence pour cette lecture va au « Night time » de chez Pukka)  et détendez-vous avec « L’Ickabog » avant de vous endormir.

Si ce contenu vous a plus. N’hésitez pas à vous abonner, aimer et commenter 😊


Welcome to Cornucopia, the land of the infamous monster called Ickabog. At the mere name, the inhabitants shudder with fear. Are you ready to go on a hunt for this monster?

« The Ickabog » is the latest book by JK Rowling. It was published on her website during the first covid-19 lockdown. I enjoyed reading the first few pages at the time. So naturally I bought it when it came out.

We find ourselves in the imaginary world of Cornucopia which is ruled by Fred, an immature and irresponsible king. One day he goes to the swamps to discover the Ickabog. According to his right-hand man, the monster attacks the monarch and murders the head of the army. Following this, a campaign of protection against the monster and propaganda will be made en masse. However, some are not fooled and will magically disappear.

Although I liked the first few pages, I was still a little apprehensive, as I don’t particularly like the author’s more « mature » writing. I was pleasantly surprised to find this writing adapted to young people. The book can also be read by adults. It is fluid and the short chapters allow it to be read as a bedtime story. If I could only give you one piece of advice today, it would be this one.

With « The Ickabog », I rediscovered my childlike soul. Written as a tale, it transports us to a fairyland where corruption and false information unfortunately reign. Under the guise of a children’s fable, it is a philosophical tale that warns against mass manipulation and the stigma attached to people who stand out from society or from different ethnic groups. The hunt for the Ickabog is reminiscent of the witch-hunt.

The characters are endearing if you exclude Crachinay and Flapoon of course. I have a preference for Mrs Beamish who, I find, is a remarkably intelligent character. Moreover, my mouth was watering when I imagined the delicious desserts she would make. The Ickabog is also a very touching character in its relationship both to humans and to its species.

Let your childlike soul be carried away, but keep your critical mind. Have a good cup of tea (tips: my preference for this read is Pukka’s ‘Night time’) and relax with ‘The Ickabog’ before going to sleep.

If you liked this content. Don’t hesitate to subscribe, like and comment 😊

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :