#17 George Orwell “Animal farm“

{English version below}

Note : 5 sur 5.

Après des siècles et des siècles de persécutions, les animaux se soulèvent et prennent le contrôle de leur ferme. A leur tête, trois cochons qui vont instaurer la camaraderie et la fraternité manquant dans la société humaine. Cette histoire vous dit quelqu’un chose ? Je vous fais découvrir aujourd’hui « La ferme des animaux » de George Orwell.

Un jour, Sage l’ancien, un vieux cochon, fait un rêve d’une vision idyllique de la vie animale. Afin de l’atteindre, une révolution est indispensable. Ainsi, les animaux de la ferme menés par le vieux porcin se rebellent contre l’oppresseur humain. Une fois la révolution terminée, une nouvelle doctrine est créée, l’animalisme. Ce dernier promeut l’égalité entre animaux et un sentiment de camaraderie entre tous. A la mort de Sage l’ancien, ce sont ses successeurs (ses bras droits) qui reprennent le flambeau, Napoléon et Boule de Neige. Les bonnes idées de l’animalisme commencent à se briser et Boule de Neige se fait chasser par Napoléon. Ce dernier, utilisant de la propagande lui conférant une image parfaite, arrivera à faire taire les rumeurs à son encontre et à manipuler son audience.

Cette histoire ne vous fait réellement pas penser à quelque chose ? Je ne sais pas moi, une histoire réelle ? Une histoire qui s’est déroulée au siècle passé ? Une histoire que l’on apprend à l’école, ainsi que dans les livres d’histoire ?

Dès les premières pages, la ressemblance frappant avec la Révolution d’octobre 1917 m’a frappé aux yeux. Pour rappel, en faisant simple, c’est la révolution qui va permettre aux bolchéviques de renverser le tsar de Russie et prendre le contrôle de la Russie. A sa tête, Lénine, instaure le communisme. Ils étaient trois à la tête de ce parti (Lénine, Staline et Trotski).  A la mort de Lénine, Staline fera tuer Trotski et gardera le pouvoir. Staline, tout comme Napoléon (le cochon, pas l’empereur) va user d’énormément de propagande et surtout d’une politique d’image afin que les gens continuent de le supporter malgré la décadence du communisme. Par exemple, il se fera appeler « Le petit père des peuples ».

Ce livre, plutôt court (environ 125 pages), nous est présenté comme une fable. Une fable qui nous met en garde contre les régimes totalitaires et leur fonctionnement. Je retiendrais particulièrement deux choses de ce livre :

  1. Ne jamais croire à des promesses trop belles. Dans ce livre-là et dans ce qu’on nous montre de la dérive communiste, cela semble évident. Cependant, cela le semble moins lorsqu’on met en place des politiques dont le fond et la forme font croire au bonheur et à l’amélioration des conditions de vie pour tous, alors que lorsque vous creusez bien ce n’est pas le cas. Cela se voit par exemple sur les réseaux sociaux où personne ne prend la peine d’aller voir au-delà de l’avis de gouvernements et d’experts payés par celui-ci. Je pense qu’il est important que nous réfléchissions en cette nouvelle année à ce que nous voulons exactement pour notre futur.
  2. Garder un esprit critique en toute occasion. Comme dit plus haut, il est essentiel de croiser les sources même quand cela vient de la presse. J’ai d’ailleurs écrit une chronique sur « Numéro zéro » d’Umberto Eco (disponible ici).

C’est un livre qui reste très aisé à lire et très accessible. J’ai aimé la manière dont George Orwell a imaginé les différents animaux et la manière dont il les a rendus tant humains. C’est un livre à poser sur toutes les tables de chevets et, bien sûr, mon premier coup de cœur de l’année 2021.


After centuries and centuries of persecution, the animals rise up and take control of their farm. At their head are three pigs who will establish the camaraderie and brotherhood missing in human society. Does this story ring a bell? Today I am introducing you to « Animal farm » by George Orwell.

One day, Old Major, an old pig, has a dream of an idyllic vision of animal life. In order to achieve it, a revolution is necessary. Thus, the farm animals led by the old pig rebel against the human oppressor. Once the revolution is over, a new doctrine is created, animalism. The latter promotes equality among animals and a sense of comradeship among all. At the death of Sage the Elder, it is his successors (his right-hand men) who take up the torch, Napoleon and Snowball. The good ideas of animalism begin to break down and Snowball is chased away by Napoleon. The latter, using propaganda giving him a perfect image, will manage to silence rumors against him and manipulate his audience.

This story really doesn’t make you think about anything? I don’t know, a real story? A story that took place in the last century? A story that you learn at school, as well as in history books?

From the very first pages, the striking resemblance with the October 1917 Revolution struck me. As a reminder, simply put, it was the revolution that would allow the Bolsheviks to overthrow the Tsar of Russia and take control of the Russia. At its head, Lenin established communism. There were three at the head of this party (Lenin, Stalin and Trotsky). On Lenin’s death, Stalin had Trotsky killed and retained power. Stalin, like Napoleon (the pig, not the emperor), used a lot of propaganda and especially an image policy so that people would continue to support him despite the decadence of communism. For example, he will call himself « The little father of the people ».

This book, rather short (about 125 pages), is presented to us as a fable. A fable that warns us about totalitarian regimes and how they function. I would particularly retain two things from this book:

  1. Never believe in promises that are too beautiful. In this book and in what we are shown of the communist drift, this seems obvious. However, it seems less obvious when you put in place policies whose content and form make us believe in happiness and improved living conditions for all, whereas when you dig deep it is not the case. This can be seen, for example, on social networks where no one bothered to look beyond the advice of governments and experts paid by them. I think it’s important that we think in this new year about what exactly we want for our future.
  2. Keep a critical mind at all times. As mentioned above, it is essential to cross-check sources even when it comes from the press. In fact, I wrote a column on Umberto Eco’s « Number Zero » (available here).

It’s a book that remains very easy to read and very accessible. I liked the way George Orwell imagined the different animals and the way he made them so human. It’s a book to put on every bedside table and, of course, my first crush of the year 2021.

Un avis sur « #17 George Orwell “Animal farm“ »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :